Théories de l’apprentissage et rôles dans l’éducation canine -3

Cette partie s’intéresse aux méthodes qui ne nécessitent pas forcément l’intervention humaine.

L’empreinte

L’empreinte est l’identification et l’appartenance d’un individu à une espèce. Elle est génétiquement programmée et pour le chien se fait dans les deux premières semaines. Si le chiot se retrouve sans mère chienne, il s’identifiera à l’espèce qui le nourrira et le réchauffera (humain si tel est le cas). Dans ce cas on parle d’empreinte aberrante, et les risques pour le chien sont des problèmes comportementaux (tels ne pas vouloir s’accoupler avec un autre chien, mais plutôt avec un humain du sexe opposé).

=> Ainsi le rôle de l’éducateur canin ici est surtout un rôle de conseil s’il a un client qui lui parle du fait que sa chienne ne se laisse pas saillir par exemple, mais en tant qu’éducateur canin, il doit lui parler du travail de comportementaliste canin, qui lui sera à même de trouver les causes et éventuellement les solutions.

L’habituation

L’habituation est une diminution de l’intensité d’une réponse, jusqu’à disparition de celle-ci. Le seuil de sensibilité du chien augmente jusqu’à ne plus être stimulé par le stimulus. Par exemple un chien qui sort du refuge, dans un nouvel environnement, qui aboierait à chaque fois que les voisins sont dans le jardin d’à côté, va petit à petit s’habituer à ce bruit et ne plus en être intéressé. Il va aussi au début sursauter à chaque mouvement de ses propriétaires, ne pas dormir ou que d’un œil, et au fur et à mesure, il va s’habituer à la vie et aux bruits de son nouvel environnement.

=>Cette technique apporte à l’éducateur canin les clés pour augmenter le seuil de sensibilité des chiens. D’ailleurs on l’utilise beaucoup dans les exercices dits de « socialisation » où les chiens apprennent à marcher les uns à côté des autres, de plus en plus près et cela tranquillement. Ainsi l’éducateur canin sait qu’un chien qui a peur des autres chiens ne doit pas être mis directement en contact avec eux, mais doit travailler avec le propriétaire afin que la sensibilité du chien diminue, avec des exercices appropriés.

L’apprentissage par essais et erreurs

L’apprentissage par essais et erreurs est facilement testable en éducation canine : il suffit de tenir son chien en laisse, la laisser souple pour lui laisser le choix de s’éloigner, donc de tirer sur la laisse, il fait donc la faute. On le rappel au pied, le félicite, ainsi il ne tire plus sur la laisse. C’est laisser le choix au chien de faire l’erreur afin de lui montrer le bon comportement attendu.

Le chien fait ce qui lui rapporte le meilleur résultat, il va donc naturellement cesser une activité qui lui est désagréable.

Photo : CC Boston Public Library

Publié dans Blog Tagués avec : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*