Comment le loup est devenu chien ?

C’est tout à fait extraordinaire de penser que le loup, ce chasseur sauvage si méfiant envers l’Homme, ait pu devenir notre petit chien familier… Déjà, levons ce doute : le chien est bien un descendant du loup et non pas du fennec ou du chacal comme on a pu le penser (en premier lieu Darwin), les recherches récentes se basant sur l’ADN ne laissent pas d’incertitudes. De plus, c’est un animal social et grégaire vivant en meute, contrairement aux solitaires chacals ou coyotes, donc plus apte à s’habituer à la vie en « tribu » et à s’attacher à son maître.

Théorie de la proximité

Comment les Hommes et les loups ont-ils pu s’approcher suffisamment il y a 14 000 ans pour s’adopter mutuellement ?

Selon une première théorie, les loups et humains ont partagé le même territoire pendant des millénaires et fini par moins se craindre. Certains loups moins farouches ont sans doute suivi les tribus nomades et même fini par s’approcher des camps humains pour profiter des restes ; un passage du loup chasseur vers le loup éboueur en quelque sorte…

C’est déjà là une première sélection naturelle, car seuls les moins méfiants à la base auraient osé s’approcher d’un camp humain, et créant une nouvelle meute, ils se sont reproduits entre eux et ont renforcé ce trait. On pourrait parler là d’« auto-domestication » !

Dans le même temps bien sûr, l’homme se serait habitué à ces « loups sociables » et aurait fini par les domestiquer. Cette théorie est peut-être liée à la deuxième et en serait simplement la première étape.

Théorie de l’adoption

Certains pensent que la première théorie est simplement impossible : le loup n’approche pas l’homme, il le sent à 400 mètres et encore de nos jours évite tout contact… S’il n’a pas été mis en relation avec l’Homme avant ses deux semaines, le louveteau refusera toute approche le reste de sa vie.

D’où cette thèse de l’adoption précoce : peut-être des femmes ont recueilli des louveteaux orphelins et les ont nourris (cet instinct maternel est fréquent dans les tribus de chasseurs-cueilleurs). On peut imaginer aussi que des louveteaux ont été capturés pour servir plus tard de nourriture, et certains laissés en vie à cause de l’attachement qui se serait créé. Moins probable, les hommes admiratifs des talents de chasseur du loup ont pu capturer des petits pour tenter de les apprivoiser.

Vers le chien moderne

Quelle que soit la façon dont l’Homme a approché le loup, celui-ci était déjà différent de ses semblables sauvages : moins farouche et capable de s’attacher à l’homme. Et la première sélection artificielle de l’Histoire a commencée lentement : on imagine très bien que les individus trop peu dociles ou moins bons dans les tâches de garde ou de chasse étaient simplement éliminés, et que dans le même temps ceux particulièrement sociables ou doués étaient favorisés.

Certainement, le chien des origines a gardé longtemps un physique très semblable à ses ancêtres loups, mais au fil du temps a fini par se transformer en fonction de sa nouvelle vie et des tâches précises qu’on lui demandait. Certains traits ont aussi été renforcés par l’influence de l’homme : le chien adulte garde des attitudes juvéniles (jeu, aboiement, besoin d’attention…) absentes chez le loup adulte.

Ce n’est que beaucoup plus récemment dans l’Histoire, à partir du moyen-âge pour certains chiens de chasse, que l’Homme a effectué une hyper-sélection des bêtes pour des tâches très précises voir même pour des traits physiques particuliers, ce qui a créé les multiples races actuelles très différentes.

Photos : CC Thomas Roche

Publié dans Blog Tagués avec : , , , , ,
3 commentaires sur “Comment le loup est devenu chien ?
  1. Nadia dit :

    Très instructif et interressant.

  2. Amon dit :

    Le chien serait il au loup ce que l’homo sapiens est à l’homme de Néandertal ?

    A savoir une sous espèce parallèle ???

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*